Ajouté le: 15 Mars 2012 L'heure: 15:14

Aujourd’hui c’est l’aurore de notre salut !

Aujourd’hui c’est l’aurore de notre salut !

La période du Carême de Pâques, (du lat. quaresima – quarante, se rapportant à la durée du Carême de quarante jours, d’où vient aussi en roumain le nom populaire donné au carême, Păresimi), période que nous vivons actuellement, est partagée en deux moitiés par un moment d’élévation, représenté par le Dimanche de la sainte Croix. Cette année, ce moment rejoint, dans la semaine qui suit, l’une des plus importantes fêtes de l’année – l’Annonciation – qui nous transmet et nous révèle le mystère impénétrable et inconnu des anges (cf. Théotokion de la Résurrection, ton 4) de l’incarnation de Dieu de la très‑pure Vierge Marie, et qui est en fait la Mère de Dieu, Celle qui a engendré le Christ.

Nous sommes ici invités, en fait, à prendre conscience de la manière dont Dieu, dans son fidèle et inébranlable amour des hommes, ne voulant pas laisser la génération humaine à sa chute qu’avait scellée la désobéissance d’Adam, veut un nouveau commencement, prenant sur Soi la nature trouble et mutilée par le péché de celui‑ci, afin de remettre cette nature à la place qui était sienne déjà dans Son plan d’avant la création de l’homme. C’est pourquoi le tropaire de l’Annonciation commence ainsi: Aujourd’hui, c’est le commencement de notre salut et la manifestation du mystère prééternel. Le Fils de Dieu devient le Fils de la Vierge, et Gabriel annonce la grâce ».

Ce commencement de notre salut constitue en fait la bonne nouvelle annoncée à toute âme qui aujourd’hui cherche à voir Dieu, en attendant et en espérant l’inspiration et un rayon de lumière dans le brouillard et le tumulte qu’il traverse, et qui dessèchent son âme et tarissent sa foi... En ce jour on nous annonce la bonne nouvelle que Dieu est avec nous ‑ Emmanuel! C’est‑à‑dire, on nous rappelle que Dieu a habité parmi (en) nous (cf. Jean 1, 14), en partageant notre propre condition – humaine, afin de nous faire prendre part en échange à Sa condition – divine, et en mettant comme fondement de sa relation à nous et de notre relation à Lui, l’amour (cf. Jean. 13, 34; 14, 21; 24; 15, 10).

Il nous a montré Son amour envers nous en allant jusqu’à donner Sa vie sur la Croix, pour nous, car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. (cf. Jean. 15, 13). C’est pourquoi, entre les deux fêtes, celle de l’Annonciation et celle de l’Exaltation de la Croix, nous avons deux dimensions fondamentales de l’amour de Dieu envers nous: Sa bienveillance de descendre parmi nous et de faire Sienne notre nature déchue, et l’accomplissement de son œuvre qui nous a libérés des chaînes de la chute d’Adam, en allant jusqu’à goûter la souffrance et la mort, pour nous et pour notre salut.

Chaque Divine Liturgie n’est qu’une action de grâce – gr. eucharistia  –et une commémoration de tout ce que Dieu a fait, en signe de notre amour pour Lui et de la transmission, à travers toutes les générations de baptisés, de l’annonce de la bonne nouvelle de l’avènement de Son Royaume au milieu de nous. C’est la réponse authentique et consolatrice que l’Eglise a toujours proposée et propose encore aujourd’hui à la « crise » que traverse notre génération, dans son ensemble et individuellement. C’est ici que nous pouvons entendre et rencontrer Celui qui a été oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour annoncer la délivrance aux esclaves et rendre la vue aux aveugles, pour soulager ceux qui ploient sous le fardeau (cf. Luc, 4, 18; Isaïe 42, 7). C’est ici que nous pouvons nous attabler au banquet qu’Il a préparé pour tous ceux qui sont fatigués et chargés (cf. Mt, 18, 28), pour tous ceux qui ont faim et soif de justice (cf. Mt. 6, 6). C’est ici que nous trouvons la consolation et le soutien dans la course du jeûne, l’inspiration pour nous préparer et attendre la fête de la Résurrection que l’on entrevoit dans la lumière de la Croix, en regardant notre reflet dans ce flot d’amour et en abandonnant ce qui en nous s’avère contraire à l’image que le Seigneur y a gravée au Saint Baptême.

Utilisons donc ce privilège et cette bénédiction, et pour répondre à notre tour à l’amour de Dieu, purifions nos sens afin de voir clairement le Christ dans la lumière sans crépuscule de la Résurrection.

† Silouane, de l’Evêché Orthodoxe Roumain d’Italie.

 

Aujourd’hui c’est l’aurore de notre salut !

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger