Ajouté le: 10 Novembre 2011 L'heure: 15:14

Parole de l'Evêque Timothée (novembre 2011)

Parole de l'Evêque Timothée (novembre 2011)

Cher lecteur,

Le Seigneur est solidaire avec l’homme dans sa souffrance, et pour Le suivre nous devons nous rendre semblables à Lui: Soyez miséricordieux, comme votre Père céleste est miséricordieux (Luc 6, 36). L’orthodoxie, que l’on peut traduire par foi juste, ne peut pas être appauvrie par l’orthopraxie, qui est en fait l’application pratique de la juste foi. Etre orthodoxe signifie être en communion avec le Seigneur tout en restant en communion avec ses semblables; autrement dit, être miséricordieux. Le père Alexander Schmeman voyait la foi comme une rencontre avec l’autre.

Les Saints Apôtres, à l’exemple du Christ qui S’est mis au service de l’homme, ont uni à leur tour La liturgie Eucharistique avec La liturgie du Frère. Comme preuve, nous trouvons dans les Actes des Apôtres plusieurs épisodes dans lesquels, au nom du Christ Seigneur, les apôtres guérissaient les malades, organisaient des collectes pour aider les pauvres, les vieillards, les veuves, les orphelins, ou bien même, ressuscitaient les morts.

Les Saints Pères ont compris aussi l’importance du service du prochain pour le salut. Personne ne peut aimer le Seigneur s’il n’aime pas son prochain. Notre salut passe par notre prochain, c’est pourquoi ils ont continué la pratique apostolique du service du prochain, inspirée par l’Evangile: Saint Basile le Grand a fondé le complexe chrétien la Basiliade de Césarée pour les pauvres, les malades et les orphelins, qui reste jusqu’à nos jours un modèle d’accomplissement du commandement d’aimer son prochain, et Saint Jean Chrysostome est celui qui nous a montré le Christ présent non seulement dans l’eucharistie, mais aussi dans notre prochain dans le besoin: „Veux-tu honorer le Corps du Maître ? Ne Le méprise pas alors qu’Il est nu. Ne L’honore pas seulement dans l’église, en habit de soie, alors qu’à l’extérieur tu le laisse dénudé, trembland de froid. Celui qui a dit: «Ceci est Mon corps» et a accompli cela par la parole, est le même qui a dit: «Vous m’avez vu avoir faim et vous M’avez donné à manger … Si vous ne l’avez pas fait pour l’un de ces petits, vous ne l’avez pas fait pour Moi non plus!» Honore-Le donc, en partageant tes biens avec les pauvres: car Dieu n’a pas besoin de calices d’or, mais d’âmes d’or” (Saint Jean Chrysostome, 50ème Omélie).

Etant temple du Saint Esprit (I Corinthiens 6, 19), l’homme a le devoir de prendre soin aussi bien du corps, que de l’âme, qui est sans prix, parce que « que pourra donner l’homme en échange de son âme ? » (Marc 8, 37), et par l’économie de Dieu, l’Eglise a comme héritage les Saints Sacrements, qui guérissent notre âme comme notre esprit. L’un de ces sacrements est le Sacrement de l’Onction des malades.

Le saint Sacrement de l’Onction est le service par lequel les prêtres et les fidèles prient Dieu, Qui „guérit les blessures de nos âmes et de nos corps”, de sanctifier l’huile afin qu’elle soit pour « ceux qui croiront et s’en oindront pour la guérison et la délivrance de toute passion et souillure du corps et de l’esprit et de tout mal », d’après la parole du Saint Apôtre Jacques, qui dit : « Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu’il prie… Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise et qu’ils prient pour lui, en l’oignant d’huile, au nom du Seigneur. Et la prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera et s’il a commis des péchés ils lui seront pardonnés » (Jacques 5, 13-15).

Selon la tradition de l’Eglise, le Sacrement de l’Onction doit être accompli par 7 prêtres ou au moins 3 et seulement dans des situations spéciales par un seul prêtre. C’est une preuve de communion et d’unité dans l’Eglise du Christ. La participation au Sacrement de l’Onction nous donne la possibilité d’accomplir le service du prochain, d’être près de lui aussi par la prière: « Priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris, car la prière instante du juste peut beaucoup » (Jacques 5, 16).

Par conséquent, le salut est l’union entre la juste foi et la vie juste, entre la prière personnelle et la prière pour le prochain, qui sont les fruits de la miséricorde et de l’amour.

Ayant en vue l’importance du service du prochain dans l’Eglise, le Saint Synode de l’Eglise Orthodoxe Roumaine a déclaré l’année 2012 « Année spéciale en hommage du Sacrement de l’Onction et du service des malades ».

† Timothée,
Evêque Orthodoxe Roumain de l’Espagne et du Portugal

Parole de l'Evêque Timothée (novembre 2011)

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger