Ajouté le: 5 Septembre 2009 L'heure: 15:14

Les saints martyrs Félix, Regula et Exupérantius

La vie des saints Félix, Regula et Exupérantius, fêtés le 11 septembre

Les saints martyrs Félix, Regula et Exupérantius

Les deux frères Félix et Regula et leur compagnon Exupérantius étaient des chrétiens de la ville de Thèbes en Egypte, arrivés en Suisse pendant la règne de Maximien (250‑310) avec la légion thébaïque, dont ne faisaient partie que des chrétiens ayant reçu la couronne du martyre en l’an 302 à Agaunum (aux environs de la ville de Saint‑Maurice, au sud de la Suisse). Le commandant de cette légion, le fameux Maurice, qui était un très bon chrétien, a décidé, juste avant son martyre, d’envoyer les trois amis prêcher l’Evangile du Christ au‑delà des Alpes.

C’est ainsi que Félix, Regula et Exupérantius traversèrent le défilé de Furka, la vallée du fleuve Rheuss, le passage Klausen, la région du Glarnerland, pour arriver au lac Zürich et dans la ville de Thuricum (l’actuelle ville de Zürich), où ils construisirent des cabanes sur l’île de Limmat (de nos jours on y trouve l’église de Wasserkirche), et servirent le Seigneur jour et nuit.

Le pouvoir romain envoya sur leurs traces des officiers terriblement cruels, afin qu’ils puissent les captiver. L’on raconte que ces officiers, tout en passant à côté des saints, ne purent les voir, car ceux‑ci étaient protégés par la grâce de Dieu. Heureux de recevoir la couronne du martyre, les trois soldats du Christ se livrèrent de leur gré à à ceux qui les cherchaient et ils furent amenés devant le commandant Decius dans le château de Turicum.

Celui‑ci les interrogea tout de suite1 : « Êtes‑vous chrétiens, compagnons de Maurice, Exuperius, Candide et Victor, oui ou non ?» Saint Félix lui répondit : « Nous sommes chrétiens et nous louons le Christ Dieu, Qui nous a créés, et nous sommes en effet les compagnons de ceux dont tu as fait mention. Notre espérance à nous tous est de gagner, par la miséricorde de Dieu, le règne des cieux. Nous n’offrons pas de sacrifices et nous n’honorons pas tes dieux, qui t’emmèneront directement en enfer. Tu as du pouvoir sur nos corps, mais pas sur nos âmes, que Dieu seul gouverne en tant que notre créateur ».

Alors le commandant Decius se fâcha terriblement et il ordonna qu’on lui amène les confesseurs de la foi chrétienne quelque part en bas du château, là où l’on trouve de nos jours l’église de Fraumünster. Il donna aussi l’ordre qu’on leur enlève les vêtements et qu’ils soient fouettés, jusqu’à ce que toute leur chair soit meurtrie. Mais Dieu veillait sur ses saints dans cette dure épreuve. Le tyran leur dit alors : « J’ai toujours de la compassion pour vous. Je jure sur les grands dieux et sur la piété de l’empereur Maximien, que je vous mettrai dans une fournaise ardente si vous ne voulez pas adorer nos dieux Mercure et Jupiter. » Les saints lui répondirent : « Dieu est notre protecteur, nous n’avons peur de rien! »

Decius alors ordonna qu’on allume le feu, qu’on mette de l’huile à bouillir, et que l’on jette les saints à l’intérieur de la fournaise. Mais Dieu refroidissait l’huile, en sorte que Ses saints étaient sans crainte et louaient Dieu. Decius ordonna alors aux bourreaux d’amener du plomb brûlant et de le faire avaler aux serviteurs de Dieu. Sainte Regula ne s’est pas laissée impressionner, au contraire, elle cria au gouverneur : « Tes supplices sont doux comme le miel ». Alors l’injuste Decius ordonna qu’on mette les confesseurs dans la prison du château, jusqu’à ce qu’il trouve des tourments encore plus atroces. Les saints glorifièrent et louèrent Dieu et en une seule voix ils dirent : « Nous te rendons grâce, notre Seigneur et Dieu Jésus Christ, car c’est en Ton Nom que nous avons tant souffert ». 

Le cruel juge fit alors venir les saints et dit à Félix : « Tu pries et appelles ton Dieu. Mais où est‑Il ? » Le saint lui répondit : « Le diable veut aller en enfer et toi, tu es son disciple ». Decius lui répondit: « Tu ferais mieux d’honorer mes dieux, car moi, je peux leur parler, et ce qu’il me disent de faire, je le fais. » Les saints lui répondirent : « Ennemi, pourquoi caches‑tu ta face, où est‑elle ta place sur terre ? Regarde le ciel, le soleil et la lune, que Dieu le Tout‑Puissant a créés, Lui qui a le pouvoir de sauver nos âmes. En revanche, tes dieux sont des démons, et eux, toi et ton empereur, vous allez brûler dans le feu éternel ».

Decius ordonna alors de dresser plusieurs roues, pleines de lames aigues, disposées de telle manière que les corps des Saints soient fauchés. Ceux‑ci demandèrent l’aide du Très‑Haut et la miséricorde du Saint Esprit, afin qu’ils puissent semer la Parole de Dieu et louer la Sainte Trinité parmi les païens. Alors Dieu envoya un ange, qui frappa et cassa les roues par l’intermède d’une forte tempête. Les saints levèrent leurs yeux vers le ciel et ils entendirent une voix leur dire : « Venez, bienheureux du Père, recevoir le royaume que Dieu vous a préparé au commencement du monde ! ». En entendant cela, les Saints louèrent Dieu d’une voix forte en disant : « Gloire à Toi, ô Dieu, dans les hauteurs, et paix sur la terre aux hommes de fidélité. Seigneur Jésus Christ, nous Te louons et nous Te glorifions dans les siècles des siècles. Amen. » 

Decius, en voyant qu’aucun supplice ne servait à rien, s’assit sur son siège de juge et condamna les saints à mort. Les bourreaux les emmenèrent immédiatement, en les conduisant sur l’île où se trouve de nos jours l’église Wasserkirche ; en y arrivant, ils leurs ordonnèrent de découvrir leurs nuques. En entendant cela, les martyrs louèrent Dieu et dirent : « Montre‑nous, ô Dieu, Ta voie, enseigne‑nous le chemin qui mène à Toi, guide‑nous vers Ta vérité et dis‑nous quoi faire, car Tu es notre Sauveur ». Ils baissèrent ensuite leurs têtes. Les bourreaux leur coupèrent la tête et les élus du Seigneur reçurent la mort des martyrs pour Dieu. Soudainement l’on entendit des voix d’anges et de saints chantant : « Les anges vous amèneront au paradis et vous y serez reçus dans la gloire qui revient aux martyrs».

Les corps bienheureux des Saints prirent alors leurs têtes dans les mains et partirent, de la berge de la rivière Limmat, où ils avaient vécu leur martyre, vers une petite colline. Là‑bas ils alignèrent les têtes et choisirent cet endroit pour sépulture. Ce récit, des saints qui prirent leurs têtes coupées dans leurs mains et marchèrent est bien connu dans les vies des saints, on trouve des témoignages similaires dans les vies de saint Denys de Paris et de saint Miniat de Florence. 

Environ 500 ans après, le lieu de sépulture des saints Félix, Regula et Exupérantius fut miraculeusement découvert par l’empereur Charlemagne, qui y édifia une église. En l’an 1090 y fut posée la pierre de fondation pour la cathédrale Grossmünster, la plus grande partie de la cathédrale s’étant terminée en 1230. Elle fut dédiée aux saints Félix, Regula et Exupérantius, saints qui devinrent par la suite les protecteurs de la ville de Zürich. A partir du XIIIème siècle, on commença à utiliser l’image des trois saints portant eux‑mêmes leurs chefs, sur les sceaux officiels de la ville et sur la monnaie. Ils apparaissent de nos jours sur le blason de la ville de Zürich. 

Pendant la Réforme le culte des saints est aboli en l’an 1524 à Zürich („patrie de Zwingli“), on passe sous silence la vénération des saints protecteurs, mais en l’an 2002 on reprend la vénération officielle des saints Félix, Regula et Exupérantius comme protecteurs officiels de la ville.

Jusqu’à présent la vieille partie de la ville est gardée par l’église Grossmünster, où reposent les corps des saints, et où, depuis des siècles, les paralytiques et des aveugles ont été guéris pour la gloire de Dieu et en l’honneur des saints de la ville de Zürich, Félix, Regula et Exupérantius.

Des parties des reliques des saints sont conservées jusqu’à aujourd’hui dans deux églises de Suisse, l’église de la paroisse catholique « Félix et Regula » de Zürich et dans l’église de la paroisse catholique d’Andermatt (dans le canton d’Uri). Le jour de la fête des trois saints – le 11 septembre – on fait une processions avec les reliques entre l’église de Fraumünster – qui a été érigée sur l’endroit de leur décapitation – et la cathédrale de Grossmünster, où toutes les paroisses orthodoxes de Zürich célèbrent un office commun. 

De l’office des Saints (11 septembre) :

« Réjouis‑toi, ville de Zürich/ car c’est en toi que les servants de Dieu Félix, Regula et Exupérantius ont resplendi. / Ils ont tenu tête courageusement aux tyrans qui disaient de vaines paroles/ ils n’ont pas offert de sacrifice aux idoles / et à la place ils ont offert au Christ, chef de l’Eglise/ leurs chefs en guise de saint sacrifice. / C’est ainsi que dans notre ville ils ont édifié par leurs corps / Le premier Autel du Très‑Haut. / C’est ici que nous voulons nous rassembler, nous, les fidèles de la ville de Zürich/ Afin de célébrer leur mémoire / et pour nous écrier avec eux: / Dieu, garde cette ville qui est Tienne / et tous ses habitants. / Garde‑nous du mal / car Toi seul es ami des hommes. » (Vêpres – Gloire au tropaire « Seigneur, je crie vers Toi »)

« Grand est le pouvoir de la foi / Vous avez tenu tête au tyran / et par la mort vous confessez en ce jour la vie / saints martyrs Félix, Regula et Exupérantius/ Priez le Christ, notre Dieu, de sauver nos âmes. » (Tropaire)  

« Ils ont traversé des mers et des montagnes, les défenseurs thébaiques de Dieu, Félix, Regula et Exupérantius, / afin de détruire dans notre ville le pouvoir de l’ennemi. / Car ils ont donné leur vie pour le Christ / en naissant ainsi à la vraie Vie. / Confions‑nous aussi, comme eux, nos existences au Donateur de vie et disons : / Montre‑nous, Seigneur, Tes voies / et guide‑nous sur Tes chemins / enseigne‑nous Ta vérité / car Tu es notre Dieu et Sauveur. » (Kondakion)

Par les prières de Tes saints, Félix, Regula et Exupérantius, Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de nous et sauve‑nous ! Amen.

Père Romică Enoiu, Paroisse Orthodoxe Roumaine 
« Saint Nicolas » de Zürich – Suisse

(Traduit en français par Ioana Căpităneanu)

Note:

1. Les citations sont selon l’office des Vêpres, assemblé en 2002 par AGOK (Arbeitsgemeinschaft orthodoxer Kirchen) .

Les saints martyrs Félix, Regula et Exupérantius

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger