Ajouté le: 12 Novembre 2012 L'heure: 15:14

Le Congrès NEPSIS 2012

La famille chrétienne aujourd’hui:les relations entre les époux; l’éducation des enfants; le rôle de la famille au sein de la communauté et de la société contemporaine

L’activité la plus importante organisée par l’association Nepsis est le Congrès annuel, qui réunit des jeunes membres des Fraternités Nepsis de toute la Métropole. Comme il a été décidé à Paris, en 2009, par le Synode Métropolitain, le Congrès est organisé tous les ans dans un autre pays, les participants ayant ainsi l’opportunité de connaître la spécificité de chaque communauté locale ainsi que l’histoire des pays et des villes où se déroule le Congrès. 

Le Congrès NEPSIS 2012

Du 29 au 30 septembre 2012 s’est tenu à Londres le Congrès International des Fraternités des Jeunes orthodoxes NEPSIS de toute la Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale. Le congrès a été organisé par la filiale de Grande Bretagne de l’association NEPSIS et a été hébergé par la Paroisse du « Grand Martyr Georges » en collaboration avec la paroisse de « La Descente du Saint Esprit », qui ont reçu environ 300 participants en provenance des différents diocèses de la Métropole. Les travaux ont été dirigés par deux des évêques du Synode Métropolitain, Son Excellence Silouane – Evêque de l’Archevêché Orthodoxe Roumain d’Italie et Son Excellence Ignace – Evêque vicaire de l’Evêché Orthodoxe Roumain d’Espagne et du Portugal. L’invité spécial des jeunes neptiques a été le père Vasile Gavrilă, recteur de l’Eglise Russe de Bucarest.

Le père Vasile a commencé sa parole en disant que cette rencontre des jeunes est une « liturgie » dans le sens utilisé par le père Dumitru Stăniloae d’œuvre de Dieu au sein du peuple. Son discours s’est basé sur son expérience familiale et spirituelle, qui a essayé de mettre en avant la beauté de la famille et de la vie, le père désirant que ses mots puissent engendrer un dialogue avec les participants. Dans ce qui suit, nous allons essayer de présenter les aspects les plus importants de son exposé d’un haut niveau académique.

L’homme contemporain est confronté à une profonde crise identitaire, il doit connaître le Christ et L’étudier afin de comprendre le mystère de sa propre existence au sein de l’univers. A la différence de la science, la connaissance chrétienne se fait par l’intermédiaire de la foi, commençant et avançant grâce au repentir (metanoia) et à l’humilité. La connaissance rapportée au Christ, le Fils de Dieu, nous découvre le fait que l’homme a une constitution christologique, étant en même temps personne et nature/ à la fois personnelle et naturelle, la seule créature à vocation divine. En vertu de sa constitution christologique, l’homme est attiré par Celui dont la vue le réjouit afin de remplir sa vocation (la ressemblance avec Dieu), comme le dit Saint Grégoire de Nysse: „La vue de Dieu est la nourriture de l’âme” et „nous devenons ce que nous regardons”.

Le père Gavrilă considère que le miracle fait par le Christ lors des Noces de Cana marque le début de la restauration de l’homme et de la femme, qui ne font qu’un par l’amour mais sont séparés par le péché. Lors des Noces de Cana, le Christ Dieu a assumé les deux (devenus mari et femme) dans Son amour afin de leur redonner l’unité initiale et de les ramener devant Dieu, en transfigurant leur nature corrompue par le péché. La nature humaine a été transfigurée, elle est devenue capable de voir la gloire de Dieu et le monde a fait de la place à la relation entre Dieu et l’homme car Dieu, par l’incarnation de Son Fils, prend l’homme dans ses bras. Le père Vasile nous évoque à cette occasion la raison pour laquelle le Mariage a été élevé au rang de Sacrement de l’Eglise : « L’union entre l’homme et la femme [...] est transfigurée et devient mystère car elle est assumée par Dieu, intégrée dans le mystère de la relation entre Dieu et les hommes, étant créée à l’image de l’union spirituelle entre le Christ et l’Eglise et ayant le rôle d’atteindre ce noble état, possible uniquement dans le Christ ».

Evoquant le fait que dans le Christ l’homme et la femme vivent selon les lois de la nature humaine renouvelée, le père Gavrilă nous a présenté, en guise de témoignage, un passage de l’Epitre à Diognète sur la vie des premiers chrétiens, en soulignant le fait que la nature humaine et le but de l’existence sur cette terre ont retrouvé le naturel que le Créateur leur avait donné par l’amour et la nature transfigurés : « Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie et toute patrie une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n’abandonnent pas leurs nouveaux‑nés. Ils partagent tous la même table, mais non la même couche. Ils sont dans la chair, mais ne vivent pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais sont citoyens du ciel. Leur visage ainsi que leur regard est fixé sur Dieu et Son Royaume. » Par la restauration de la nature humaine le Christ a également restauré l’union entre l’homme et la femme, la famille. Le mariage en tant qu’acte liturgique et réalité ecclésiale a son origine dans le Christ et en l’Eglise, et sa finalité est le Royaume de Dieu. Le père Vasile considère que la famille, mystère de l’amour entre deux personnes, ne peut pas exclure la perspective de la déification et que tous les aspects de la vie de famille reçoivent une nouvelle dimension en Christ et dans l’Eglise.

Les Pères de l’Eglise considèrent que l’amour entre l’homme et la femme est la manifestation du pouvoir aimant issu de l’amour divin. Ainsi, la famille chrétienne, cellule vivante du Corps du Christ, naît, grandit et se sanctifie dans l’Eglise, où règne la loi de l’amour et où brille la vérité absolue – le Christ.

En ce qui concerne la vie conjugale, le père Vasile nous a dit que le but du mariage est la sanctification de l’homme et de la femme dans le Royaume de Dieu, tandis que le but de l’union conjugale est représenté par l’union dans l’amour des deux époux et l’enfantement. Le commandement divin « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez » est évoqué par des Saints Pères comme saint Basile le Grand et Saint Grégoire de Nysse comme une exhortation au progrès spirituel et à la sanctification, premier but de l’union des deux époux, et étroitement lié à la fécondité. Les canons du Synode local de Gangra (340) défendent le mariage en condamnant et en excommuniant ceux qui calomnient le mariage et la femme mariée, ainsi que ceux qui discriminent les prêtres mariés. La sagesse des pères nous montre, par l’intermédiaire de Saint Syméon le Nouveau Théologien que ce qui compte devant Dieu est la vie menée pour et selon la volonté de Dieu, à savoir la pureté de l’âme. La règle liturgique du Mystère du Mariage exprime la vérité divine selon laquelle l’union entre l’époux et l’épouse est l’icône du mystère du Christ et de son Eglise, et rappelle l’état auquel sont appelés les époux. Le père a alors évoqué les deux objectifs du mariage, qui s’unissent harmonieusement sur le plan divin : l’union dans la perfection des époux dans le Christ et la bénédiction d’enfanter. Par la communion des époux, le Christ commence à vivre en eux en faisant d’eux un seul corps, un seul cœur et une seule volonté, à savoir l’homme unitaire en Dieu.

Dans la partie finale de son discours, le père Vasile a abordé des aspects importants de la vie conjugale de la famille chrétienne, ainsi que les répercussions d’ordre théologique et pratique qui en découlent :

Ceux qui ont été baptisés en Christ doivent vivre leur nouvelle vie en Christ dans la chasteté, la fidélité, l’amour sincère et dévoué, avec un cœur droit.

La fidélité conjugale assure aux deux époux l’unité et le bonheur dans le Royaume de Dieu. L’infidélité détruit l’unité de la famille, étant assimilée à la mort de l’âme et à la trahison de Dieu.

La naissance des enfants est une bénédiction divine, une grande joie au ciel et sur la terre, le triomphe de la vie et la victoire sur la mort.

La venue ou non des enfants est l’expression de la volonté de Dieu. Ceux qui ne peuvent pas avoir d’enfant doivent assumer cette croix sans essayer d’éluder la volonté divine en faisant recours aux techniques du génie génétique.

Le libertinage sexuel, la contraception, l’avortement, la débauche, l’insémination artificielle, la fertilisation in vitro sont des pratiques en dehors de la vie chrétienne et sont responsables de la chute de la famille de l’état de bénédiction et sainteté.

La naissance de l’enfant, son éducation, sont une priorité socio‑humaine et spirituelle. L’éducation des enfants a une perspective eschatologique puisque les parents s’occupent de leurs enfants par la grâce de Dieu en vue de la vie éternelle.

La crise spirituelle de la société actuelle est à la base de la crise de la famille, est cela se trahit par l’individualisme et l’autisme familial, ainsi que par l’importance exagérée accordée à la carrière. C’est uniquement une révolution intérieure de restauration de la nature humaine – metanoia –, de renouvellement de la manière de penser, de retour au sein de l’Eglise, qui peut résoudre la crise familiale, sociale et économique de notre époque.

A la suite de sa parole spirituelle, le père Vasile Gavrilă a reçu les critiques appréciatives et constructives des deux évêques présents et a répondu aux nombreuses questions des participants concernant la vie de famille, en offrant des réponses pertinentes basées sur son expérience familiale et pastorale.

Tout au long du Congrès, les deux hiérarques, Monseigneur Silouane et Monseigneur Ignace, ont modéré le dialogue avec les jeunes de l’association NEPSIS par des interventions pleines d’inspirations, qui ont mis en évidence la perspective spirituelle de l’union entre l’homme et la femme par le mariage. L’expérience spirituelle de cette rencontre a été parfaite par la participation aux deux célébrations pontificales, les Vêpres et la Divine Liturgie, les jeunes priant en communion avec les membres de la communauté orthodoxe de Londres. Les agapes chrétiennes et la visite de différents objectifs touristiques de la capitale britannique ont été des occasions pour les jeunes de se connaître les uns les autres et de se lier d’amitié. C’est Monseigneur Silouane qui a clôturé cet événement, en faisant quelques commentaires en marge des débats du Congrès NEPSIS 2012, qu’il a apprécié comme une vraie réussite.

Père Eugen Darie, Londres

Le Congrès NEPSIS 2012

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger