Ajouté le: 2 Mars 2012 L'heure: 15:14

Fragments neptiques (mars 2012)

Fragments neptiques (mars 2012)

Dans un village construit sur une haute montagne, traversé par un ruisseau, sur le versant opposé à un groupe de chaumières, sur un sommet rocheux, se trouvait le visage d’un homme sculpté dans la pierre, depuis la nuit des temps. C’était le dieu des habitants de ce village, une figure de belle transcendance, qui exprimait une paix ineffable, une parfaite harmonie.

De père en fils, les villageois se transmettaient la conviction que leur dieu quitterait un beau jour le rocher de la montagne et viendrait habiter chez eux.  Ils admiraient sans mesure sa beauté et il était pour eux une source permanente d’inspiration: pourtant ils se laissaient accabler par les soucis de la vie et la pauvreté dans laquelle ils vivaient.

Un jour, naquit dans ce village un enfant qui, dès qu’il eut la capacité de voir, d’avoir des perceptions et des réactions, dès qu’il put se déplacer de la chaumière où il était né jusq’au bord du ruisseau, fut saisi par la beauté, la sérénité et la majesté du dieu. L’enfant était toujours près du dieu sculpté dans la roche, et le regardait sans cesse. Les années passaient lune après l’autre et, après un temps, l’enfant atteignit l’âge de l’adolescence, puis celui de la jeunesse. Un jour, les habitants du village, le voyant passer près d’eux, s’arrêtèrent et s’exclamèrent tous d’une seule voix : « notre dieu est ici parmi nous ! » 

A force de regarder sans cesse cette figure, le jeune homme s’était modelé intérieurement suivant l’expression du dieu. Il l’absorbait des yeux, et s’était fondu avec lui, en se laissant pénétrer par la sérénité, la majesté, la paix et l’amour qui ruisselaient de la figure sculptée dans la pière ; et ainsi même ses traits étaient devenus identiques aux traits du dieu qu’il vénérait et qu’il avait regardé pendant toute sa vie.

Si nous savions contempler le Christ du profond de notre être, si nous savions voir sa face invisible que nous ne pouvons voir qu’en visitant nos profondeurs, parce que c’est là qu’Il demeure, tous ceux qui nous entourent sentiraient alors l’impact de notre sérénité, de notre paix et de notre tranquillité et comprendraient qu’il existe de la sainteté dans l’Eglise. Mais dans l’état actuel des choses, s’ils regardent de notre côté, il leur est très difficile de le croire!

La sainteté est la sainteté de Dieu dans notre être. A mesure que nous participons à elle nous devenons la révélation de ce qui nous transcende.

Le Métropolite Antoine de Souroge, Dieu et l’homme

Qu’est‑ce que la prière

prier pour quelqu’un
veut dire
embrasser son âme de ta propre chair
réchauffer son coeur de ton souffle
nourrir son être de ta vie

lui rendre visite dans sa prison intérieure
l’accueillir pour la nuit dans ton coeur...

prier pour quelqu’un
veut dire
lui offrir le corps de Dieu
avec lequel
il pourra l’aimer...

Marius Iordăchioaia, Journal d’un tressaillement

« Priez sans cesse », recommande saint Paul, car la prière est la source de notre être et la forme la plus intime de notre vie... A ses débuts la prière est agitée. Selon le mot de Péguy, il ne faut pas prier comme des oies qui attendent la pâtée ! Emotif, l’homme déverse tout le contenu psychique de son être. Avant qu’il ne ressente la lassitude de ce monoloque, les maîtres conseillent d’occuper le temps de prière par la psalmodie et la lecture. Ils condamnent la prolixité. Une seule parole du publicain a ému la miséricorde de Dieu; un seul mot plein de foi a sauvé le bon larron. Le bavardage dissipe, le silence recueille l’âme. La prière dominicale est très brève, mais contient l’unique nécessaire. Les grands spirituels se contentaient de prononcer le Nom de Jésus, mais dans ce nom ils contemplaient le Royaume.

Si l’homme a bien compris la leçon, il rectifie son attitude, l’accorde à l’aspiration liturgique : «Fais de ma prière un sacrement de ta présence »...

Chez l’homme moderne la difficulté vient de la séparation entre l’intelligence et le coeur. Or, l’ ancienne tradition suggère : « Le matin pose ton inelligence dans ton coeur et reste toute la journée en compagnie de Dieu »; rends cohérents les éléments morcelés de ton être, retrouve l’intégrité de ton esprit... La vraie prière est une attitude constante, un état d’esprit qui façonne liturgiquement tout notre être... Faire de sa vie une liturgie, une prière, une doxologie, c’est en faire un sacrement de communion perpétuelle...

Paul Evdokimov, La prière dans l’Eglise d’Orient

Daniel Chira, Londres

Fragments neptiques (mars 2012)

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger